Mon histoire d'amour/haine compliquée avec ma pillule contraceptive


Hello petit monde à moi ! 


Aujourd'hui je voulais aborder avec vous un sujet qui a pris énormément de place dans ma vie et dans ma tête ces dernières années sans que je le veuille vraiment : ma pilule contraceptive.

C'est un sujet très personnel, voir tabou d'une certaine manière et pourtant presque universel. Cela concerne une grande majorité des femmes dans le monde et je pense qu'il est important qu'entre nous on se soutienne, on s'écoute et que l'on communique sur ces sujets qui nous touchent.
J'avoue qu'à une époque où j'en avais vraiment besoin, j'aurais moi-même voulu trouver plus facilement des témoignages de filles concernant leur rapport avec la pilule et leur expérience, alors voici mon histoire.

Mon histoire  

J'ai commencé à prendre la pilule contraceptive très jeune vers l'âge de 13, 14 ans en fin de Troisième, car j'avais des cycles menstruels très aléatoires et contrairement à la plupart de mes copines, je n'étais pas du tout bien réglée. Ma mère m'a donc amenée voir pour la première fois de ma vie une gynécologue, qui m'a dans un premier temps prescrit la pilule de quatrième génération Jasminelle. Elle était autrefois en grande partie remboursée par la sécurité sociale, mais rapidement elle ne l'a malheureusement plus été. De plus, je commençais à être bien complexée par ma peau à cause de mon acné d'adolescente et j'avais entendu dire que certains contraceptifs pouvaient régler ce problème.



C'est donc à ce moment là de ma vie, vers l'âge de 15 ans que, sur les conseils de ma gynécologue, j'ai changé ma pilule pour prendre celle que j'allais prendre pendant plusieurs années et que je prends encore aujourd'hui quotidiennement à l'âge de 23 ans : Triafémi.
Cette pilule de troisième génération est non remboursée par la sécurité sociale et me coûte tout de même entre 29€ et 37€ selon les pharmacies où je l'achète pour une boîte de 3 mois de plaquettes.

Malgré un prix élevé, je ne l'ai jamais remise en question car elle a permis de faire partir mon acné d'ado de manière très efficace et donc de me sentir mieux dans ma peau. De plus, elle a toujours été infaillible jusqu'ici en tant que moyen de contraception pour mes relations intimes avec mon copain, et contrairement à beaucoup de mes amies qui me disaient avoir des effets indésirables avec leurs pilules, la mienne ne m'a jamais provoquée aucune migraine, ballonnement, ou douleur au seins par exemple.


Ma Prise de conscience

Les recherches qui m'ont ouvert les yeux

Comme beaucoup d'entre nous, je n'ai pas pu passer à côté de tous les articles assassins de la presse ou sur internet qui ont proliféré ces dernières années concernant les méfaits de la pilule contraceptive. Cela m'a poussé il y a 2, 3 ans en arrière à me renseigner moi-même sur le sujet en faisant des recherches pour me faire ma propre opinion sur la question.

Je dois bien avouer qu'après lecture de nombreux témoignages accablants, j'ai commencé à sérieusement douter de ma confiance aveugle que je donnais depuis toujours à ma pilule.
Avec du recul, je me suis rendue compte que cela faisait des années que je prenais depuis mon adolescence cette petite pilule chaque jour de ma vie sans vraiment me poser de question, sans me demander si elle était réellement si inoffensive pour moi et pour mon corps sur le long terme..

La réponse est non bien évidemment.

Une avancée révolutionnaire pour la femme, qu'elle a le DROIT de remettre en cause librement 

Je tiens à signaler que je ne fais pas du tout cet article dans le but de dénigrer totalement ce moyen de contraception. Je sais à quel point les femmes se sont battues pour l'obtenir. C'est littéralement un symbole de la libération de la femme de la fin des années 60 et la féministe qui est en moi est très fière de faire partie de la génération à avoir ce droit de choisir de vivre notre vie sexuelle comme on l'entend tout en étant protégées d'une éventuelle grossesse non voulue.

Mais quand j'entends des répliques de personnes haineuses qui scandent sans réfléchir des phrases du type "Vous l'avez voulu, alors maintenant ne vous en plaignez pas !" ça me choque vraiment. Même si ça a été un combat important de la femme, cela ne veut pas dire que l'on a pas le droit aujourd'hui de remettre en cause la pilule pour les effets négatifs qu'elle pourrait avoir sur notre santé.

Source : Cafaitgenre.org

 

Les risques sur ma santé

- En plus de tous les petits effets secondaires bénins que peuvent apporter la prise de pilule au quotidien (maux de tête, prise de poids, saignement hors période de règle, douleur à la poitrine..), de nos jours, des études scientifiques ont prouvé que la pilule augmente également fortement les risques d'embolie pulmonaire et de thrombose.
- De plus, selon une expertise du Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC), les pilules combinées de troisième génération (comme la mienne Triafémi) entraîneraient une hausse significative du risque de cancer du sein, du col de l'utérus et du foie, notamment si on l'utilise durant de nombreuses années comme dans mon cas.
- Plus généralement on sait également que la prise quotidienne d'hormones peut engendrer une perte périodique de la libido. En effet, les hormones présentes dans la pilule viennent agir directement sur notre métabolisme, en augmentant notamment notre taux de SHBG, une protéine capable de rendre inactive la testostérone, qui est elle-même à l'origine de notre désir.

Ma prise de décision


La peur de faire encore subir tout cela à mon corps m'a poussée a sérieusement stopper cette prise médicamenteuse qui pourrissait mon corps d'hormones depuis bien trop d'années.
Mais des pressions médicales se sont mises en travers de mon chemin vers un quotidien plus sain pour mon corps. Ma gynéco était très... trop réticente à cette idée. Pourquoi ? Je me le demande bien, et avec du recul je me rends compte que je suis très loin d'être la seule a avoir eu ce genre de problèmes. Je pense que la pilule est la solution de facilité pour tous ces professionnels de santé, mais après tout c'était mon corps et seule moi avait le pouvoir d'influer sur celui-ci, alors j'ai insisté. 

Mon arrêt


J'ai donc décidé d'arrêter brutalement la pilule le 7 Décembre 2017. Je n'étais pas assez préparée, mon corps ne l'était pas non plus et a régi très vite à cet arrêt, comme un drogué accro à sa dose et en manque.

- Après l'avoir rendu accro pendant plus de 7 ans, le manque s'est vite manifesté à travers notamment une réaction vive d'acné, comme un regain soudain de ce qui avait été réprimé à mon adolescence grâce à la pilule. Comme si mon acné n'était jamais vraiment partie, et que, tapie dans l'ombre elle n'attendait finalement que ça pour ressortir vicieusement haha.

J'en rigole aujourd'hui, mais c'est vrai qu'en tant qu'adulte de 22 ans en pleine réorientation scolaire, j'ai réellement mal vécu cette poussée de boutons que je croyais réservée uniquement aux ados en pleine puberté. J'ai eu une période où ma confiance en moi était au plus bas à cause de ça et où je ne devais pas forcément être facile à vivre avec ma mère ou mon chéri, et je les remercie d'ailleurs tous les deux pour m'avoir soutenue à ce moment là.

- La deuxième réaction instantanée qu'a provoqué l'abandon de ma pilule est l'interruption totale de mes règles. Dans les premiers temps, j'ai paniqué, pensant que j'étais peut-être enceinte, puis quand je me suis rendue compte que ce n'était pas le cas, j'étais d'un côté plutôt contente car je me disais qu'au moins j'étais tranquille et libérée de ce fardeau des menstruations qui peut être contraignant pour la femme.

Mais ce n'est pas pour rien que nous avons les règles. Elles sont nécessaires à notre corps, elles veillent au bon fonctionnement de nos cycles d'ovulation. La nature est bien faite il ne faut pas chercher à la modifier. Donc l'absence de règle doit être plus sujet d'inquiétudes que de réjouissances.

Je ne le savais pas à l'époque, mais cette interruption d'écoulement menstruel porte le nom de "aménorrhées" et est une réaction courante lorsqu'une personne stop la prise de pilule soudainement après plusieurs années et une réaction pratiquement inévitable dans le cas de ma pilule Triafémi. Je n'ai donc pas eu mes règles de Décembre 2017 à Avril 2018.
Cette aménorrhée est accompagnée la plupart du temps d'une anovulation, c'est à dire l'incapacité d'ovuler, surtout chez les filles comme moi, ayant eu plus jeunes des antécédents de cycles irréguliers.



Pourquoi j'ai craqué et repris ? 

J'ai attendu de très longs mois que mon acné passe, mais rien n'y a fait.. aucune crème, aucun peeling, aucun produit lavant. Bien que tout le monde me disait autour de moi d'être patiente, que cette vague de boutons finirait par partir toute seule, je voyais bien que ça ne s'arrêtait pas, bien au contraire, ça devenait de pire en pire et plus les mois passaient, plus mon moral et ma confiance en moi empiraient.

Personne ne sait ce qui peut nous passer par la tête quand on souffre d'acné, surtout à l'âge adulte qui n'est pas une période normale pour en avoir. Tant qu'on ne l'a pas vécu, je pense qu'on ne peut pas vraiment juger la souffrance des personnes qui en ont.
Pour ma part, j'étais très complexée, je me suis renfermée sans m'en rendre compte sur moi-même et cela a bien évidemment joué sur ma vie affective.
J'étais obsédée par le regard des gens à cette période là, alors que j'étais pourtant si fière d'être devenue une jeune femme ces dernières années qui s'assumait, qui savait montrer de l'assurance, qui s'était ouverte au monde et qui n'avait plus honte d'elle-même.

Alors le pire a fini par arriver. J'ai craqué et j'ai repris la pilule fin Juin 2018, après 7 mois d'arrêt, voyant en elle l'ultime recours contre ce que je vivais.

Aujourd'hui, nous sommes en Février 2019 et cela fait environ quatre mois que mon acné a disparu grâce à la reprise de Triafémi. Malheureusement, j'ai trop attendu et elle s'est avérée tellement sévère que j'ai désormais de légères traces de cicatrices de boutons sur le visage. C'est comme ça je m'y suis faite.


Et après ?

Mes peurs

Mon objectif à l'avenir est bien évidemment de pouvoir retenter l'arrêt de la pilule, car les raisons de santé pour lesquelles j'ai voulu le faire la première fois sont toujours bel et bien d'actualité dans ma tête et même encore plus fortes aujourd'hui.
En effet, j'ai désormais une nouvelle obsession : cette anovulation que j'ai vécu à cause de ma pilule. Elle est normalement temporaire, mais dans certains cas rares elle pourrait être définitive et donc provoquer sur du long terme une infertilité. Cette simple pensée m'angoisse. Depuis que je suis au courant de ce risque j'y pense souvent, car même si je ne veux pas d'enfant tout de suite, je sais qu'être Maman est quand même un de mes plus grands rêves de femme que je voudrais accomplir lorsque je serais prête.

La solution que j'envisage

Cependant, si je devais recommencer, je le ferais autrement. Afin que tout se passe de la meilleure manière possible grâce à toutes les informations que je sais désormais et qui n'étaient pas en ma connaissance la dernière fois.

Ainsi, je pense essayer l'arrêt de la pilule avec sevrage. C'est une méthode dont j'ai beaucoup entendu parler en lisant des témoignages de femmes qui avaient vécu exactement les mêmes problèmes que moi (prise de conscience, arrêt brutale de pilule suivie d'acné sévère et autres).

C'est un arrêt progressif de la pilule (souvent sur 6 mois) en suivant deux méthodes possibles :
- La première consiste à couper la pilule en morceaux et de prendre progressivement des morceaux en moins pour ne pas choquer le corps d'un coup sans hormone et l'habituer petit à petit.
- La seconde consiste à espacer les jours de prise de pilule, par exemple en prenant qu'un jour sur deux.

L'objectif est donc de pouvoir stopper la pilule tout en douceur pour le corps, ce qui permettrait d'éviter les effets indésirables qui interviennent normalement suite à l'arrêt. L'inconvénient étant que bien sûr durant cette période on est plus protégé et il faut donc trouver un autre moyen de contraception.



Je compte mettre à jour cet article une fois que j'aurais tenté cette méthode. En tout cas, je suis heureuse d'avoir mis à l'écrit mon expérience et j'espère que cela pourra intéresser, voir aider certaines d'entre vous, ou peut-être aussi éclairer certains garçons qui voudraient comprendre ce que vivent leurs sœurs, petites-amies.. (qui sait ?).

N'hésitez pas à me parler de votre propre expérience avec la pilule contraceptive en commentaire. Je serais ravie d'échanger avec vous sur le sujet.
A très vite petit monde !

22 commentaires

  1. Ton article est très intéressant. Pour ma part, cela va bientôt faire 7 ans également que je prends ma pilule. Malgré l'intérêt indéniable de la pilule, ce geste quotidien me pèse de plus en plus face aux risques pour la santé et aux désagréments de la vie de tous les jours (douleur aux seins, baisse de la libido...). D'ailleurs, je dois avouer que tes recherches ne me rassurent pas. Je serais curieuse d'avoir ton retour une fois que tu auras tenté la méthode que tu expliques en fin d'article.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Emmanuelle !
      Merci pour ta lecture et ton retour. Je me disais que si ça pouvait aider d’autres femmes dans leur propres réflexions sur leur rapport à la pilule, il fallait que je partage mon expérience.
      Je te comprend, quand on constate l’arrivée de différents symptômes causés par la pilule, ça travaille et on est souvent en plein doute sur ce que l’on doit faire. Je te souhaite courage dans tes propres recherches. N’hésite pas aussi à en parler à tes proches ça peut parfois soulager ses inquiétudes.
      Je vous ferais part de mon retour d’expérience sur la méthode de l’arrêt progressif, en croisant les doigts pour que ce soit la solution miracle pour moi.
      À bientôt,
      Manon.

      Supprimer
  2. Hello !

    Pour ma part j’ai pris la pilule pendant 10 ans, j’ai 24 ans (c’est moi lh1510 sur insta aha) et je me suis fait poser un stérilet sans hormones hier !
    On verra bien ce qui se passe pour la suite, je suis un peu inquiète pour l’acné mais j’en ai déjà eu avant de prendre la pilule, et je suis passée par roaccutane. En plus je ne prenais pas une pilule destinée à l’acne donc je ne pense pas qu’elle revienne. Je croise les doigts en tout cas !
    J’espere que tu réussiras à l’arrêter un jour, courage en tout cas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hey salut ma belle !
      Oh c’est drôle j’ai moi-même beaucoup hésité à essayer le Stérilet .. mais j’ai tellement entendu dire de mauvaises choses dessus aussi que ça m’a effrayé et j’y ai renoncé.
      Oui en effet si ta pilule n’était de base pas destinée à aider pour l’acné alors tu as beaucoup moins de risques d’avoir des soucis à l’arrêt.
      Merci beaucoup pour ton passage, je vous tiendrais au courant de l’évolution de ma situation et l’éventuel essai de la méthode d’arrêt progressif.
      À bientôt,
      Manon.

      Supprimer
    2. Je t’invite à lire cet article qui est assez bien fait !
      http://www.generationscobayes.org/nos-actus/la-verite-sur-le-diu
      Et également les vidéos du Dr Martin Weckler, c’est ce qui m’a poussée à me lancer !
      Je te tiendrais également au courant pour ma part si tu veux !

      Supprimer
    3. Merci beaucoup pour les liens ! Je vais visionner ça au plus vite. Des bisous ☺️

      Supprimer
  3. Coucou Manon, quel article! Moi je suis passée par la prise de pas une mais au moins 5 pilules le temps de voir avec laquelle mon corps aller s’habituer. Mais bien sûre toutes ces prises d’hormones n’est pas resté anodine ! Baisse de libido, mal de ventre, allant même jusqu’à la baisse de moral sans raison alors que je suis quelqu’un de très joyeuse tu vois le truc ! Je me suis dis « oula c’est quoi ce délire » moi aussi à la base c’était pour mon acné et pourquoi pas en même temps un moyen de contraception disait la gynéco. En fin de compte je conclurai plus que cette prise de pilule m’a engendré des complications pour avoir des enfants mais à part mon ressenti rien n’est prouvé, j’ai du subir une opération pour me permettre d’avoir un bébé. J’attends mon premier enfant pour bientôt et crois moi je vais réfléchir à 2 fois pour le moyen de contraception que je vais choisir après mon accouchement.
    Merci de partager ton expérience sur tous les sujets de la vie quotidienne ma belle. Bises.
    Elena.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Elena !
      Tout d’abord un grand merci à toi de ton passage et de ton retour d’expérience. 5 pilules ?! En effet, tu as du avoir un parcours fastidieux ! Pour au final plein de symptômes bien contraignants dont tu te serais bien passée.
      Oui ce qui t’ai arrivé pour tes difficultés à devenir Maman est l’une de mes plus grandes peurs .. mais je suis heureuse de voir qu’aujourd’hui tu as malgré tout sû surmonter tous ces obstacles et que tu attends un heureux événement.
      Je t’en pris, plein de bisous et de bonheur pour la suite de ta vie !
      Manon.

      Supprimer
  4. Super témoignage plein de sincérité et qui pourra je pense servir à beaucoup de monde !
    Tu m'avais déjà expliqué ces mésaventures contraceptives et justement je me pose aussi beaucoup de questions sur la pilule, ses conséquences sur notre santé et sur notre vie de femme.
    J'ai vu une vidéo de Sophie Riche sur Youtube, qui parle de son expérience d'arrêt de la pilule, j'ai trouvé son témoignage intéressant aussi et il a suscité en moi la réflexion suivante : depuis notre adolescence, c'est à dire aux prémisses de notre vie de femme, nous avons pris chaque jour cette petite pilule qui paraît si anodine et en fait, qui bouleverse notre corps et nos hormones. Sans parler d'effets secondaires, on ne sait pas vraiment, finalement, comment on se sent dans notre corps sans la pilule et je dois t'avouer que je suis à la fois intriguée et terrifiée de découvrir comment je me sentirais sans elle... C'est comme une perte de contrôle sur soi, alors qu'en fait, c'est peut-être la possibilité, à l'inverse, de retrouver le contrôle et le naturel dans son corps.

    Mais personnellement, si je revis un poussée d'acné comme à l'adolescence, je le vivrais aussi très mal (surtout que je bosse avec des ados, donc j'ai vraiment besoin d'avoir confiance en moi sinon je me vois mal intervenir auprès d'un public comme celui-ci !)et j'y réfléchirais à deux fois. J'attends encore quelques mois avant de me lancer, on verra bien...

    En tout cas, il y a un vrai manque d'informations sur le sujet, les études commencent à arriver ces dernières années mais sinon il y avait un gros silence autour de ce médicament qui a certes permis une certaine émancipation de la femme et de son droit à disposer de son corps, mais à quel prix ?

    À bientôt ma puce !

    RépondreSupprimer
  5. Merci ma Juju ! Cela faisait plus d’un an que ce sujet était dans les brouillons de mon Blog, alors il était temps que je finisse de le rédiger et que je le publie.
    Je te comprend, je me suis fais exactement la même réflexion, c’est pour ça que je me suis mise à faire toutes ces recherches il y a quelques temps sur la pilule. J’ai été prise d’une veritable envie de connaître les vraies dessous de ce que j’ingurgitais chaque soir depuis des années sans me poser de question.
    Si toi aussi tu arrêtes d’un coup, je serais très curieuse d’avoir à ce moment là ton retour d’experience !
    Bisous ma Juju ❤️

    RépondreSupprimer
  6. Coucou,pareil j'zj commencé la pillule pour des cycles irréguliers et c'est l'acné qui a déterminé laquelle je prenais, après min deuxième enfant j'ai décidé de ne pas la reprendre (comme toi, j'ai ouvert les yeux ��). Là où notre parcours diverge c'est que j'ai mis un sterstér +le simple en cuivre) et grosse galère, règle hémorragique et douloureuse, perte entre les cycles et retour de l'acne (a40 ans ��). J'ai récemment changé et je suis passée a l'horminal ( le plus faiblement dosé) et apres un mois horrible (tous les symptômes de la grossesse) tout est rentré dans l'ordre et j'en suis enchantée. Donc ne desedéses pas ��

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello!
      Ah oui tu as eu un parcours aussi très compliqué avec ta contraception comme je le vois !! Je suis ravie d’apprendre que tu as enfin trouvé la solution la plus adaptée à toi et ton corps ☺️
      Non je ne désespère pas .. c’est juste que parfois lorsqu’on se rend compte de toutes les contraintes et les risques qu’amène la pilule ça fait peur !
      Belle journée à toi.
      Manon.

      Supprimer
  7. Coucou, je double mes chances pour le concours St Valentin pseudo insta : mlle_elena_95

    RépondreSupprimer
  8. Coucou ma belle je te suis sur ce sujet je suis contre je la prends plus depuis 2007 quand jai voulu mon premier enfant jai eu ma fille en 2008 mon deuxième en 2010 sans reprendre la pilule et apres mon troisième pas moyen de tomber enceinte apres 2 ans et demi on a fait une fiv qui a marcher du premier coup donc apres jai pas repris la pilule ayany accoucher décembre 2015 et je suis tombée enceinte 4 mois apres bref mon 4 eme est né lol jassume et toujours contre la pilule jai pas repris et la j'attends bébé 5 en route prévu pour début Avril lol mais après la jen veux plus donc je suis perdue le stérilet me fait peur malgré qui il est pas d'hormones donc pas de risque de maladie alors je me dis je vais devoir reprendre une pilule micro dose mais laquelle pff jai vraiment pas envie mais il va falloir (abonnée instagram pseudo celinelouethan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Céline,
      Je te remercie d’avoir partagé ton histoire par ici, car le but de mon article était aussi que d’autres personnes que moi puissent s’ouvrir sur le sujet afin d’avoir le plus de témoignages possibles pour aider les femmes comme nous un peu perdues dans leur recherches, qui ont besoin de se rendre compte qu’elles ne sont pas seules.
      En tout cas c’est une belle fin pour toi! Félicitation pour le cinquième en route !! :)
      Je t’embrasse et j’espère que trouveras la pilule qui te correspond ou bien que tu trouveras une meilleure solution pour ton corps 😘
      Manon.

      Supprimer
  9. Coucou Manon , merci pour ton article , j'avoue que je suis de plus en tentée de changer de moyen de contraception, je suis un cas un peu difficile , je prends régulièrement une pilule en continue depuis l 'âge de 20 ans car pendant l 'arrêt de ma pilule je fais de grosses migraines invivables , ce qui fait qu 'avec cette pilule en continu je n 'ai aucune règles , j 'avoue que parfois je me dis que c 'est pas bien et j 'ai peur que cela engendre certaines maladies , j 'ai donc essayé il y a 5 ans de mettre un stérilet sachant que je n 'ai jamais eu d 'enfant , ma gyneco très gentille me l 'avait conseillé et j 'avoue que j 'étais super ravie à l 'idée de passer au stérilet , malheureusement c 'était un échec , stérilet mal placé , risque de grossesse etccc .... :( Du coup maintenant je suis toujours avec ma pilule , j 'aimerais tellement changer de contraception mais j 'ai tellement peur d 'être enceinte sachant qu 'en plus je ne désires pas d 'enfant , tu imagines donc le problème . Je me demande si l 'implant se serait bien , faudrait que j 'en parle avec ma gyneco . Merci pour ton article , c 'est toujours sympa d 'avoir l 'expérience d 'autres femmes . Belle soirée à toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello toi !
      C’est marrant parce que moi c’est l’inverse : je me rends compte que depuis ma reprise de la pilule j’ai vraiment de grosses migraines, alors qu’avant j’en avais littéralement JAMAIS. Donc je ne peux m’empêcher de me dire qu’il y a peut être un lien... mais d’un autre côté j’ai pris la même pilule pendant des années avant et je n’avais pas ce soucis alors je ne sais pas. Peut être que mon corps a changé et que désormais il ne supporte plus ma pilule.

      Merci pour nous avoir partagé ton expérience ici ! C’est vrai que de ne plus avoir ses règles du tout ça fait plaisir au début mais en vérité ce n’est pas bien, cela relève d’un traumatisme du corps souvent et il faut faire attention et en parler à se gynécologue quand ça arrive..
      J’espère que l’implant te conviendra!! Très belle soirée à toi et bientôt.
      Manon.

      Supprimer
  10. vaste sujet...je n'ai plus de contraception orale depuis 5 ans maintenant. Mais je suis plus âgée et le combo cigarette et pilule me faisait peur. Aujourd'hui je ne fume plus mais pour rien au monde je recommencerai à prendre la pilule. Elle a été importante à une certaine époque, c'est vrai : plus de boutons et des règles maitrisées...mais mon corps dans tout ça ?

    Elodie (@deleaudansmesbottes)

    RépondreSupprimer
  11. Sage décision en effet une fois qu’on est définitivement débarrassée de la pilule ça doit être un réel soulagement personnel! J’espère y arriver un jour. Merci de ton témoignage en tout cas ☺️
    A très vite !

    RépondreSupprimer
  12. Coucou !
    Ton article m'a vraiment intéressé, j'ai eu moi aussi une expérience compliquée avec la pillule. J'ai commencé à 16ans seulement comme contraceptif j'avais jusque là toujours eu une peau de bébé et jamais aucun souci d'acné. Après une rupture j'ai décidé d'arrêter brutalement, j'avais trinordiol, première génération, cette pillule jouais énormément sur mon poids, mon humeur, j'avais des maux de tête et j'étais tout le temps fatigué. Etant à nouveau célibataire je ne voyais pas l'intérêt d'infliger encore ça à mon corps. S'en ai suivi une année de guerre avec l'acné qui m'a complètement anéanti, pour te dire je ne voulais plus sortir de chez moi, je finissais en larmes devant mon miroir, j'étais obsédée par mon visage et le regard des gens. Ma dermato m'a mise sous traitement pendant plus de 6mois, j'ai pendant un moment hésité à reprendre la pillule juste pour réguler mon acné tellement je n'en pouvais plus mais j'ai tenu bon. Aujourd'hui il est hors de question de reprendre un jour quoi que ce soit en terme d'hormones.
    Mais la bonne nouvelle c'est que j'ai retrouvé mon visage.
    J'espère réellement pour toi que tu te sortiras de cette spirale.
    Je sais combien c'est difficile moralement.
    Gros bisous
    Maaudouu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello !
      Comme je te comprend ... en effet c’est une étape très dure à surmonter. Quand on a de l’acné adulte c’est très dure à assumer et ça joue énormément sur le moral. Je suis pour ma part dans un domaine où je dois énormément me mettre en avant (car je suis dans la communication) il est donc impossible d’avoir pleinement confiance en moi, si je suis ultra complexée et obsédée par ce qu’on pourrait penser de moi à cause de mes boutons... j’ai donc craqué et j’ai terminé par reprendre la pilule.
      Je te félicite d’avoir tenu le coup !!
      Merci pour ton retour d’expérience, ça me motive à retenter le coup un jour.
      Des bisous,
      Manon.

      Supprimer