Visite immersive à l'institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale



Hello petit monde !


Je suis certaine qu'un bon nombre d'entre vous a regardé au moins une fois dans sa vie "Les Experts", une série américaine devenue un phénomène mondial depuis une dizaine d'années.
Un pitch accrocheur dont le but est de nous dévoiler à chaque épisode une nouvelle énigme criminelle à résoudre, grâce à des techniques scientifiques de pointes, pour trouver des indices et élucider les meurtres. Cette série fascine car elle permet aux téléspectateurs de s'immiscer dans les dessous de la police scientifique et d'en apprendre davantage sur ce monde.

Et si je vous disais que j'ai eu la chance de passer une journée entière à côtoyer les plus grands experts scientifiques de notre pays dans leur laboratoire ? 

Bien que ce soit la police scientifique qui est mise en avant dans les séries, il faut savoir qu'en France, il y a deux unités principales qui sont chargées d'aider à résoudre les énigmes criminelles : la police scientifique et la gendarmerie scientifique, davantage méconnue du grand public.


Alors lorsqu'on m'a proposé de venir visiter l'enceinte très fermée de l'Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale (IRCGN), en qualité d'auteur de Blog, afin de faire découvrir à mes lecteurs l'envers du décor, je me suis bien sûr sentie très honorée et je me suis empressée d'accepter !


Petit point historique


Cet institut est implanté à Pontoise, en région parisienne et reçoit environ 4000 visiteurs par an. Mais chaque entrée et sortie est hautement contrôlée, dû à l'importance des enjeux et au caractère très secret de ce qui se joue à l'intérieur. 

Nous avons été accueillies par nul autre que le Directeur de l'institut en personne, le Général Patrick Touron, qui nous a passionnément expliqué le fonctionnement de ce pôle scientifique de la gendarmerie. On y retrouve donc sur ce seul et même site, plusieurs variétés de disciplines permettant de résoudre les problèmes juridiques soumis durant les affaires pénales. 

Avant les années 80, durant les procès, on se basait principalement sur les aveux et témoignages afin de rendre un jugement. Désormais, depuis une trentaine d'années la justice s'est enrichie grâce aux évolutions des techniques scientifiques, qui ont créé tout un panel de possibilités afin de prouver avec justesse les faits criminels. Les labos de police scientifique se sont vite retrouvés surchargés, donc la gendarmerie a créé le leur : le IRCGN, qui est désormais l'un des plus grands et importants laboratoires d'Europe, dont les méthodes employées sont publiées.



Les rôles de l'IRCGN


- L'institut est un lieu de formation pour les futurs Techniciens en identification criminelle (TIC), les Coordinateurs des opérations de criminalistique (COCRIM) et les enquêteurs. 
Seule une vingtaine de scientifiques et d'ingénieurs sont recrutés par an, c'est donc un réel métier de passion et de rigueur, qui n'est accessible qu'aux plus motivés.

- C'est également un lieu de recherche et d'innovation, car il y a notamment 5 thèses en cours et des brevets ont déjà été déposés pour plusieurs de leur techniques. Par exemple, ils ont travaillés sur la manière d'identifier un individus grâce à son odeur corporelle avec un système de "capture olfactive".

- Enfin, le troisième grand rôle de l'institut, vous l'aurez compris est d'intervenir pour la résolution de procès pénaux. En effet, il y a environ 600 dossiers traités chaque jour et à peu près 300 missions types à l'IRCGN, donc autant vous dire que la champs d'intervention de l'institut est très large.

Dans des cas graves et exceptionnels, le IRCGN a également pour vocation de se déplacer et de porter assistance directement sur le terrain. Ils doivent également être capable de faire des expertises en dehors du pays pour accompagner les forces armées.


Notre visite 


Au sein de cet immense Institut, on retrouve 4 grands pôles :

- La division criminalistique physique et chimie.

- La division criminalistique ingénierie et numérique.

- La division criminalistique identification humaine.

- La division criminalistique biologie et génétique. 


A mon grand désespoir, nous n'avons pas pu visiter la salle d'autopsie, du département médecine légale, car un examen médical important était en cours ce jour-là. Cependant, nous avons eu l'occasion de pénétrer dans les cinq départements de la division physique et chimie, où j'ai pu apprendre énormément en discutant avec les professionnels présents.


Le département balistique >


On va se l'avouer, une fois à l'intérieur je me serais vraiment cru dans un film haha.
C'est ici que se joue l'essentiel des problématiques liées aux armes à feu, au service de la France mais aussi un travail engagé à l'international pour des organismes tels que l'ONU, l'OTAN..

Concrètement, les experts analysent les armes et les munitions pour retracer avec exactitude le trajet qu'a parcouru la balle de l'intérieur de l'arme, jusqu'à son point d'impact.

Vous pouvez observer ci-dessus la photo de la première salle dans laquelle on entre dans le département balistique, qui se trouve être un tunnel de tir de 35 mètres qui permet d'effectuer les essais. 


Il faut savoir que chaque arme laisse une empreinte sur le projectile, qui est unique. C'est pourquoi, des études plus poussées au comparateur optique permettent aux experts de déterminer si l'arme a déjà servi pour d'autres scènes de crime connues.

On peut également examiner les stries des balles à travers un microscope très puissant, pour savoir si elles concordent ou non avec d'autres.

Pour finir, ce service offre aussi une aide aux médecins légistes durant les autopsies, afin de connaître la distance de tir, les trajectoires et déterminer l'arme à l'origine des lésions, en prélevant les éléments balistiques sur les corps.

Observation des stries d'une balle au microscope
Nous avons terminé la visite de ce département par la Collection Nationale d'Armes et de Munitions (CNAM). C'est une grande salle où sont stockées toutes les armes saisies depuis des siècles, lors d'anciennes affaires judiciaires. 

Avec actuellement environ 11 000 armes présentes, cela fait de cette salle, la plus grande collection d'armes d'Europe, rien que ça ! On y trouve des fusils de chasse, des armes de poing et des armes militaires. C'était vraiment impressionnant d'avoir tout ça sous les yeux. Il y avait tant d'histoires réunies à un seul endroit : la plus vieille arme saisie de la collection date de 1780 et il y avait également des armes datant de la seconde guerre mondiale, notamment la kalachnikov et la mitrailleuse allemande qui attendait les alliés à Omaha Beach, durant le débarquement.




Le département microanalyse >

Leur rôle est d'identifier et comparer des éléments prélevés sur les scènes de crimes, jusqu'à la plus infime trace qui pourrait constituer un indice (bout de verre, outils, éléments pileux..) afin de pouvoir les analyser en laboratoire, sous microscopes. Grâce à des tamponnoirs, les résidus de tirs peuvent être prélevés.

Ce département est sollicité dans plusieurs cas : analyse de traces et d'outils pour des cambriolages, analyse de filament pour des cas d'accident de voitures, analyse de résidus pour constater une utilisation d'une arme, comparaison d'argiles ou de végétaux.. 

Nous avons pu assister à l'analyse microscopique d'une tête d'insecte. J'ai vraiment trouvé ça incroyable la précision avec laquelle on pouvait l'observer sur l'ordinateur, même lorsque c'était zoomé au maximum. On comprend ainsi, que cela est très pratique pour détecter les infimes détails nécessaires à l'enquête. 


 

Le département toxicologie

Ici, on retrouve deux unités différentes : l'analyse de produits de saisies (cocaïne, médicaments..) et la toxicologie médico-légale (morceaux de cadavre, cheveux, sang..).   

Le but est donc de rechercher grâce à l'analyse de scellées, ce qui est à l'origine d'une mort ou alors de démanteler un réseau de drogue par exemple.  

Donc les analyses sont effectués uniquement dans les cas suspects, telles qu'une mort qui ne paraît pas naturelle, une soumission chimique suspectée avant un viol, ou dans des cas de dépistage de personnes que l'on suspecte d'avoir pris de la drogue au volant. 

Analyse de sang, de médicaments et de morceaux de foie

Le département environnement, incendies explosifs >

Ce service s'occupe de faire de la chimie analytique avec 3 activités principales : l'environnement, les explosions et les incendies

- L'unité d'analyse des explosifs traite des sujets délicats car dernièrement ça a souvent été lié à des affaires sur des attentats. C'est une énorme machine, appelée chromatographe, qui analyse les produits explosifs ou toxiques tel que les gaz lacrymogène. 

- L'unité incendie représente une très grande partie du travail de ce département car un incendie est déclaré toutes les deux minutes en France donc autant vous dire que ça représente beaucoup de boulot : exactement 70% de leur activité pour être exact. 

 

Les scellés >


- Dès notre arrivée, devant le département saisine-scellés, on nous a expliqué qu'il est vraiment extrêmement rare que des personnes ne travaillant pas là, soient acceptées dans ce service et qu'on pouvait donc se considérer comme privilégiés d'avoir l'autorisation d'y pénétrer.

Tout ce qui entre à l'IRCGN, passe d'abord par ce service afin d'être stocké, étiqueté : c'est le point d'entrée et de sortie UNIQUE de l'institut, pour répondre à une exigence de traçabilité 100%.
Les agents qui travaillent dans ce service s'assurent de mettre un code barre à chaque scellé afin de les renvoyer par la suite au service compétent (biologie, balistique, département empreinte digitale..).

Donc tous les objets trouvés sur les scènes délictuelles ou criminelles sont mises de côté pour les référencer. C'est une main-mise de la justice sur les objets pour faire progresser l'enquête.

- Ce service est très secret, ce qui explique que j'ai pratiquement aucune photo de ma visite.
Mais j'en garde un souvenir marquant, car en défilant les salles des scellés, on pouvait trouver des choses vraiment étonnantes, telle qu'une pièce ventilée uniquement remplie de tonnes de drogues (je vous laisse imaginer l'odeur haha), des objets volumineux comme des vitres de TGV, ou alors des scellées assez morbides comme des boîtes crâniennes.
Mais le plus mémorable a été selon moi, la pièce froide remplie de frigos contenant des morceaux de corps découpés.. encore une fois je vous laisse imaginer l'odeur..



Présentation empreintes digitales et jeu de fin de journée 


Après toutes ces émotions, nous sommes retournées à la salle d’accueil principale, où un bon goûté nous attendait, suivi d'un expert avec qui on a pu échanger au sujet des empreintes digitales.

J'ai appris qu'elles permettent même de faire la différence entre deux vrais jumeaux contrairement à l'ADN. Nous avons des empreintes digitales sur les doigts mais aussi sur la paume de mains et des pieds. Mais elles peuvent être altérées, par exemple en cas de brûlure.

Il y a différentes manières de détecter les empreintes digitales. Nous avons eu en direct, une démonstration d'un expert qui cherchait des empreintes en éteignant la lumière, et en allumant uniquement un générateur de lumières polychromatiques (blanche, bleue, ou ultra violette).
Pour les récolter, il est récurent d'utiliser du scotch ou de la poudre pour faire le transfert.

Une fois qu'elles ont été récupérées, les experts effectuent un travail de comparaison avec les fichiers des criminels existants et connus des services, afin de vérifier les points de concordances. Pour cela , il faut vérifier le dessin général de l'empreinte.

Saviez-vous qu'il n'existe que 5 schémas types d'empreinte ?

La boucle à droite ou à gauche, les arcs, les composites, les tentes pures et les verticilles.



- Pour conclure la journée, nous avons effectué un jeu de rôles très amusant dans une "salle de crime" entièrement reconstituée pour nous. Autant vous dire que c'était vraiment très réaliste, tout a été pensé dans les moindres détails, jusqu'au sang par terre qui était du vrai recueilli dans les laboratoires.

Le rôle qui m'a été attribué était "expert scientifique", où je devais résoudre une affaire sur une scène de cambriolage avec homicide. Pour ne pas contaminer la scène, j'ai du porter mon plus bel uniforme comme vous pouvez le voir sur les photos ci-dessous haha.

Indice ensanglanté
En plein travail ..
Un bout de tissu retrouvé sur la vitre cassé

Notre petite troupe de blogueuses de la journée
J'espère que cette visite, tout du moins originale, vous aura plu !! 

Moi j'ai adoré me remémorer cette journée en vous écrivant mon article. D'ailleurs sachez que si c'est un sujet qui vous passionne et sur lequel vous souhaitez en apprendre davantage, toutes les informations officielles sont transmises sur leur site : www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/ircgn

A bientôt petit monde !!

14 commentaires

  1. Bonjour Manon, quelle belle aventure ! Je ne savais pas qu’on pouvait visiter ce genre d’endroit, j’adore ! C’est pas loin de chez moi en plus je vais probablement y aller. Quand je regarde les experts j’essaye de deviner qui est le meutrier en plus ������. Merci pour cette belle découverte.
    Madmoiselle Elena.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Elena,
      Oui c'était vraiment une sacrée journée, il n'y a pas à dire ! Très enrichissante surtout :D Malheureusement, ce n'est pas accessible à tout le monde. J'ai été exceptionnellement invitée en tant que blogueuse, pour pouvoir communiquer sur ce qu'ils font dans l'institut, mais sinon en général c'est un endroit très difficile d'accès, lorsqu'on y travaille pas.
      J'espère que cet aperçu t'aura plu en tout cas.
      Des bisous,
      Manon.

      Supprimer
  2. Bonjour Manon, ça doit être une expérience incroyable comme dans les films !
    Anaïs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Anaïs,
      Haha oui c'est clair, je me serais réellement cru dans une série télé, c'était incroyable. Je te souhaite un très bon week-end et à bientôt.
      Manon.

      Supprimer
  3. Bonjour Manon !
    Je trouve ton article absolument génial, il permet vraiment de se rendre compte de la différence qu'il y a avec ce qu'on nous montre à la télévision dans les films.
    Ce doit être vraiment intéressant de pouvoir avoir ce genre d'expérience et d'être immergé dans un emploi que tu ne connais que par la fiction. En tout cas, merci pour cet article qui est vraiment enrichissant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Petal Silverfly (quel pseudo original *.*),
      Merci à toi pour ton adorable commentaire. C'est un article qui me tenait à cœur, car j'ai vécu une expérience géniale ce jour-là et je souhaitais véritablement transmettre mon excitation à mes lecteurs à travers les photos que j'ai eu l'occasion de prendre et toutes mes petits explications inédites haha. Je suis ravie que ça t'ai plu.
      Je t'embrasse,
      Manon.

      Supprimer
  4. coucou oh la la super ça doit être super intéressant merci de nous faire partager ces moments là bel article belle soirée à vous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou !
      Mais il n'y a pas de quoi :) J'ai pris beaucoup de plaisir à vous retranscrire ce que j'ai vécu ce jour-là.
      A bientôt, bon week-end à toi.
      Manon.

      Supprimer
  5. Coucou oh ça doit être une aventure extraordinaire j'adorais je savais pas qu'on pouvait
    Pseudo cathia80450

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello,
      Non malheureusement je me suis peut-être mal exprimée, mais ce n'est pas du tout accessible au grand public au quotidien, je suis désolée :(
      On nous a invité en tant que blogueuses ce jour-là pour que justement on puisse en faire apprendre d'avantage au monde sur l'existence et le fonctionnement de cet institut de recherche criminelle :) J'espère que j'ai réussi mon coup !
      A bientôt,
      Manon.

      Supprimer
  6. Oh dit donc superbe revue et article tu gère à fond, bonne continuation à toi (jus_mas)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ma belle, ça fait plaisir !!
      A bientôt j'espère :)

      Supprimer
  7. Il est super cet article c'est très enrichissant je ne m'attendais pas a à cela merci beaucoup (noemie.sbl)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien !! Ça m'a vraiment fait plaisir de vous partager tout cela. A bientôt :)

      Supprimer